Comment se comporter avec une personne boulimique ?

Souvent quand vous êtes boulimique, vous vous isolez facilement par peur de décevoir les autres, d’aller vers eux sans pouvoir trouver votre place. Votre chambre est votre lieu à vous. Souvent, après des disputes ou des tensions, vous vous y réfugiez. Quand ça va mal, vous ruminez les moments difficiles.
L’isolement dans lequel vous vous enfermez devient de plus en plus envahissant. Alors que vous aviez besoin des autres pour vous sentir intéressant et aimé, vous restez seul avec votre souffrance. On n’ose plus vous déranger ni même vous adresser la parole, vous créez un vide autour de vous et ce vide risque d’amplifier vos souffrances et vos angoisses.

La réaction de proches de boulimiques

La sœur d’une boulimique nous expliquait : « Je sais que ma sœur est malade. Pourtant, au collège, personne ne le voit. Elle est radieuse, toujours entourée et souriante. Mais dès qu’elle rentre à la maison, elle se met à pleurer. C’est trop triste de la voir comme ça alors qu’elle a tout pour plaire et pour être heureuse. C’est la personne que je connais qui a le plus de qualités, mais elle se croit la plus nulle et je n’arrive pas à la raisonner ».

Le mal-être des boulimiques

Très jeune, cette adolescente écrivait : « quand je me dispute avec une copine, je ne me sens pas aimée et je coupe directement les ponts. J’ai trop peur de me confronter aux autres. Le problème, c’est que je me suis coupée de tout le monde. Je n’ai plus qu’une copine maintenant ! Puis, après chaque crise de boulimie, je me fais vomir. Mais j’ai peur de ne pas tout vomir. Je ne sais jamais exactement ce que mon corps a gardé et je préfère faire du sport et aller à pied à l’école pour être certaine que mon corps élimine bien tout ».

Quelle serait la plus valable des façons pour maîtriser le gavage quand on est boulimique ?

Quand les préoccupations nutritionnelles sont devenues insupportables, il faudra consommer autrement afin de limiter les flambées de boulimie. Il faudra s’alimenter peu, mais s’alimenter correctement, en incorporant les substances protéinées et les féculeux, en petites portions. Pour réussir ce défi, le Cookeo sera un auxiliaire de première nécessité pour confectionner promptement un casse-croute simple et adapté.

Comment se comporter avec une personne boulimique ?

Les rapports avec les amis

Avec eux, vous êtes le meilleur des amis, toujours prêt à rendre service, vous êtes le premier à trouver quoi faire ou bien à dire une bêtise pour faire rire quand ça ne va pas. Vous ne faites jamais la tête, contrairement à l’attitude que vous adoptez face à vos parents, car vous tentez, à travers votre groupe d’amis, de vous donner la sensation d’être bien intégré, d’être aimé. En fait, vous cachez votre mal-être d’adolescent. En général, vous ne répondez pas aux remarques que les copains vous font. Sur le coup vous encaissez et rentrez chez vous le cœur gros, avec le sentiment d’être exclu, en décalage complet avec tous ceux de votre âge.

Comme vous n’avez pas osé exprimer votre colère ou réagir face à vos amis, l’agressivité qui reste en vous peut se tourner contre vos parents quand vous rentrez le soir ou bien contre vous-même. Le problème, c’est que vous préférez ne plus revoir un ami plutôt que de discuter ou d’entrer en conflit. Les relations deviennent très délicates. II suffit que l’un d’entre eux vous fasse une réflexion sur votre façon d’être pour que vous coupiez les ponts. Vous perdez petit à petit vos amis car vous n’êtes pas du genre à faire le premier pas après une déception.

Le boulimique et le rapport avec son corps

Vous percevez souvent votre corps comme gênant, mauvais, vous aimeriez pouvoir en changer. Vous tentez alors de le modeler à votre manière en faisant du sport à outrance, dans le but de perdre les kilos que vous imaginez avoir pris en faisant des crises de boulimie. Car même si vous vous faites vomir après chaque crise, votre peur de grossir reste intacte.

Votre entourage peut facilement repérer ce comportement. Vous n’avez jamais une minute pour vous asseoir avec les autres car vous pensez tout le temps à être debout, à courir à droite et à gauche chez vous pour perdre le moindre gramme et compenser vos excès alimentaires. Cependant, cette hyperactivité peut laisser place à la passivité, car vous commencez à souffrir de votre comportement boulimique et cela vous fait perdre votre élan. Vous n’avez plus envie de rien.

Une jeune boulimique s’exprimait ainsi en parlant de son corps : « Quand mon copain me mettait les mains autour de la taille, sur mes formes, j’avais l’impression qu’il sentait que j’étais grosse. Alors, je lui retirais violemment les mains et finalement j’ai dû le quitter ».